les cartes géographiques de la RDC
Environnement humain,physique et naturel

Thèmes

afrique atténuation carte population climat climat de lubumbashi contr dégradation dimbelenge 2010 bandundu cadre carte

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Aspects économiques (2)
· Cartes anciennes (1)
· Climat et aires touristiques (2)
· Eléments du climat (3)
· Environnement (1)
· Population (1)
· Ressources naturelles (1)
· Subdivisions administratives (12)
· Territoires, Secteurs, Groupements (8)
· Villes, Sites, Paysages (5)

Rechercher
Derniers commentaires

mes vives félicitations pour cette carte de ma province je suis tres content pour la décentralisat ion car j
Par Ralph Bilumbu, le 01.08.2014

"il est vraiment temps chers maniemiens de se mettre sur la table pour élaborer des différents projets afin qu
Par TAMBWE MUKWANGA Ga, le 23.07.2014

moi franchement, je suis du maniema. j'ai jamais ete laba mais a c que je sache mon pere est du maniema. j'aim
Par Michael kahenga, le 20.07.2014

kiesi kingolo kina yamu mu kosonika wo nkanda. munu mwana ne kongo kibeni, kwesi bibeni en tant que muntandu,
Par Donat Mandiangu, le 17.07.2014

bien vu notre carte de la province de bandundu, je voulais avoir la connaissance des territoires et secteurs
Par Guy M, le 16.07.2014

Voir plus

Articles les plus lus

· RDC: provinces, districts et territoires
· La province de Bandundu
· Province du Katanga
· La province du Bas-Congo (Kongo central)
· La province du Nord Kivu

· La province du Kasai Oriental
· La province de l'Equateur
· La province du Maniema
· Ressources minières et énergétiques de la RDC
· La province du Kasai Occidental
· Territoire d'Idiofa (district du Kwilu, Bandundu)
· La province du Sud Kivu
· Site de la ville de Kinshasa
· Site naturel de la ville de Goma et de Nyrangongo
· Site naturel de la ville de Lubumbashi

Voir plus 

Blogs et sites préférés

· kiscongoviva


Statistiques

Date de création : 08.11.2010
Dernière mise à jour : 07.03.2014
36 articles


Territoire de Tshilengi, Kasai Oriental

Publié le 07/03/2014 à 12:43 par rdcmaps Tags : femmes
Territoire de Tshilengi, Kasai Oriental

Le territoire de Tshilengi fait partie du district qui porte le même nom dans la province du Kasai Orientale. Il est parmi les plus petits territoires (en superficie) du district, voire du pays. Sa superficie ne dépasse pas 2000 Km2 (1953 Km2); soit le cinquième de la superficie du district (laquelle est aussi à peine plus grande que celle de Kinshasa rural: un peu plus de 10.000 Km2,). Cependant, comme les autres territoires de ce district (Katanda, Kabeya-Kamwanga, Miabi, Lupatapata), le territoire de Tshilengi est, avec une densité de population de plus de 50 habitants/Km2, une des entités administratives les plus peuplées du pays. Cette relative forte concentration humaine a malheureusement, des repercussions sur l'occupation du sol, laquelle est fragilisée, car essentiellement dominée par l'habitat et les champs. D'autre part de ses cinq secteurs (Tshipuka, Kalelu, Lukalaba, Kalonji-Sud), le seceur de Tshipuka est connu pour les pénuries d'eau récurrentes, les populations sont obligées de faire de longues distances pour atteindre les sources d'eau. La position géographique en forme de plateau élevé, situé entre deux bassins versants de deux cours d'eau (Lubilanji lwa Tshilemba à l'est et Lubilanji lwa Mbuji-Mayi à l'ouest)  expliquerait cette pénurie; n'en déplaise à une croyance selon laquelle les femmes sorcières, aimant faire de longues distances afin d'échanger sur leurs expériences, seraient à la base de cette carence.



RDC:atouts touristiques, infrastrucures insuffisantes

Publié le 04/03/2014 à 21:22 par rdcmaps Tags : paysage nature homme carte afrique cheval patrimoine
RDC:atouts touristiques,  infrastrucures insuffisantes

Avec plus de 2300000 Km2 et une position géographique, qui la place à cheval sur l'équateur, la RDC regorge des entités écologiques très riches en espèces flauristiques et fauniques. La carte ci-dessus, réalisée pourtant à l'échelle de l'Afrique, montre au moins une quinzaine d'entités écologiques spécifiques au pays. Ces entités vont de la forêt des mangroves située aux contacts du fleuve et de l'océan Atlantique jusqu'aux riches régions écologiques de montagnes dans l'Est du pays. De même, du Nord vers le Sud, plusieurs paysages écologiques sont observés: forêts dégradées du nord jusqu'à la forêt claire "le Miombo" dans le sud. A travers toutes ces entités écologiques plusieurs parcs et réserves ont été crées en vue de préserver ce patrimoine, bénéfique à toute l'humanité. Sur une vingtaine des réserves naturelles que compte le pays, sept sont inscrites au patrimoine mondial de l'Unesco. De nombreux lacs ainsi que plusieurs cours d'eau, avec souvent des rapides et chutes, caractérisent ces régions écologiques. Cependant les infrasructures existantes, notamment le résau routier, ne semble pas contribuer à la structuration spatiale de ces entités en vue d'en tirer le maximum de profit sur le plan économique tout en préservant l'environnement fragile de ces ressources naturelles. Comme on peut le voir sur la carte, le réseau routier, en apparence étoffé, vue l'étendue du pays, est impraticable. Cette situation d'impraticabilité, bien que, paradoxalement bénéfique à certaines entités écologiques restées inaccessibles à l'homme, montre le contrôle limité de nos décideurs sur ces régions naturelles lesquelles deviennent, malheureusement, le refuge des bandes armées.

Territoire de Luozi (RDC, province du Bas-Congo)

Publié le 12/10/2013 à 21:36 par rdcmaps Tags : plateau luozi homme congo nature
Territoire de Luozi (RDC, province du Bas-Congo)

Le territoire de Luozi est l'une des entitités administratives de la province du Bas-Congo (avec les territoires de Tshela et Kasangulu) quifait frontière avec le Congo-Brazzaville. D'une superficie d'un peu olus  de 6000 Km2, soit plus du huitième de la superficie de la province (plus de 53.000 Km2), le territoire de Luozi est caractérisé par un vaste bas plateau (moins de 800 m d'altitude) dans sa partie nord-ouest. La région centrale de ce plateau, figure parmi les entités les plus peuplées de ce territoire, contrairement à la région de plaine située plus au sud. Malgré sa faible superficie, Luozi compte une dizaine de secteurs avec plus de 50 groupements. Ce morcellement serait de nature à attiser des conflits sociaux. Le fleuve Congo sépare ce territoire, dans sa partie sud, de celui de Songololo. Ces deux circonsriptions, en plus de celle de Mbanza-Ngungu, constituent le district des Cataractes. La rivière Luozi, qui traverse le chef-lieu du territoire a été rendue célèbre par ses crocodiles de taille imposante et qui s'attaquent souvent à l'homme.

Territoire de Katanda, province du Kasai Oriental

Publié le 17/09/2013 à 14:27 par rdcmaps
Territoire de Katanda, province du Kasai Oriental

Le territoire de Katanda fait partie de cinq territoires, en plus du territoire urbain de la ville de Mbuji-Mayi, qui forment le district de Tshilengi: territoires de Kabeya Kamuanga, Lupatapata, Miabi, Tshilengi. Avec une superficie d'environ 1700 Km2, le territoire de Katanda couvre le 6ième du district de Tshilengi et il est parmi les territoires densément peuplés de ce district (25 à 50 habitants au Km2 et plus de 50 par endroit, notamment dans les secteurs (collectivités) Tshitolo et Nsangu proches du territoire urbain de la ville de Mbuji-Mayi. Le chef-lieu de ce territoire (il porte le même nom que le territoire et qui signifierait "paillote ou coin de repos") est situé sur un axe routier important qui relie Mbuji-Mayi à la ville de Kabinda. Son développement a été longtemps lié à la practibilité de cet axe routier.

Evolution temporelle des pluies à Lubumbashi

Publié le 01/12/2012 à 14:11 par rdcmaps Tags : El Nino climat de Lubumbashi nature afrique congo
Evolution temporelle des pluies à Lubumbashi

Située à 27,29° de longitude Est et 11,40° de latidude Sud, la ville de Lubumbashi ainsi que sa région environnante (altitude moyenne, 1250 m) est l'une des régions de la RDC , avec l'embouchure du fleuve Congo et le Nord-Est du pays où l'évolution des précipitations annuelles et mensuelles, aussi bien à l'échelle temporelle que spatiale, devraient être bien suivies. Lubumbashi est en effet une  station continentale qui ne profite des influences océaniques que de manière cyclique. Ce cycle, d'ailleur irrégulier dans son déroulement (voir graphique présenté), semble lié au phénomène d'El Nino. Ce phénomène cyclique (3 à 7 ans de retour) est caractérisé par un réchauffement anormal des eaux de surface océanique dans le pacifique sud (aux larges des côtes chiliennes). Cette hausse de température  au niveau océanique (voir plages rouges sur les cartes) pertube l'intensité et la configuration, à l'échelle, globale des cellules convectives de l'atmosphère, entraînant, par conséquent de fortes pluies dans certaines parties du globe et des déficits pluviométriques dans d'autres. Le graphique montre, à l'échelle annuelle, l'absence de tendance significative (95% d'intervalle de confiance). Toutefois, les moyennes mobiles au pas de temps de 5 ans, met en évidence, un cycle, certes irrégulier, mais qui semble lié au phénomène ENSO (El Nino South Oscillation). A l'échelle mensuelle, les tendances, tout en restant non significatives, laissent entrevoir une forte diminution des pluies de Décembre dans les années 90 jusqu'à la moitié des années 2000 avant leur remontée; en Janvier, sur la même période, les années 90 ont été très pluvieuses, avant d'observer un cyle normal dans son amplitude; par contre Février, voit de plus en plus ses précipitations diminuer, après les mois des années 90 exceptionnement pluvieux. Ces précipitations mensuelles sont sous contrôle, en plus des influences océaniques déjà citées, de la Zone de Convergence Intertropicale (ZCIT), laquelle, dans ses déplacements en latitude, est fonction de la ceinture des zones de haute pression (notamment celle de l'Afrique Australe) et de son extension verticale. Ces variations mensuelles sont de nature, à perturber le calendrier agricole et à engendrer d'autres contraites liées au climat (épisodes sans pluies ou avec pluies excédentaires anormalement longs)

Site du territoire urbain de Kananga

Publié le 03/09/2012 à 18:46 par rdcmaps Tags : nature environnement
Site du territoire urbain de Kananga

Le territoire urbain de Kananga couvre une superficie d'un peu plus de 900 Km2; soit un peu moins du dixième de celle de Kinshasa urbano-rural (plus de 10000 Km2). Son site est dominé par des bas plateaux: de 500 m dans la vallée de la rivière Lulua et une grande partie nord du territoire, jusqu'à 700 m dans le sud (localités de Katumanga et Lusasa). Ces collines, d'où prennent naissance quelques cours d'eau, notamment la rivière Kanjinga (et ses afluents) qui traverse une grande partie du territoire et sur lesquelles on pratique l'agriculture urbaine, en plus de l'habitat relativement dense, sont de nature à aggraver les phénomènes d'érosion. La population totale, estimée à plus de un million d'habitants, est concentrée essentiellement le long du chemin de fer depuis la localité de Katumanga au sud jusqu'à la limite administrative avec le territoire de Demba (localité Ntambwe-Kankonde). Toutefois l'aire la plus densément peuplée se situe dans un rayon de 8 Km du centre-ville, avec des densités pouvant dépasser les 2000 habitants au Km2. Ce qui contribue, malheureusement, à une accélération de la dégradation de l'environnement, en l'absence d'une vision globale de l'aménagement du territoire urbain.

Ressources minières et énergétiques de la RDC

Publié le 06/03/2012 à 12:01 par rdcmaps Tags : congo minerais énergie
Ressources minières et énergétiques de la RDC

Qualifié de scandale géologique, le sous-sol de la RD du Congo regorge de plusieurs minerais et d'énormes réserves énergétiques. Les ressources minières les plus connues sont celles des groupes de l'Etain, du Nobium et du Cuivre, auxquels on peut ajouter le manganèse, l'or et le diamant. Concernant les richesses énergétiques, on peut citer le pétrole off shore de l'Atlantique et d'importants gisements du nord-est, lesquels aigusent déjà, beaucoup d'appétits de tous les milieux mafieux aussi bien congolais qu'internationaux, au mépris des populations locales. De même, l'uranium dans le sud-est pays, ainsi que le gaz méthane du lac Kivu, font partie des ressources énergétiques dont le pays ne semble pas maitriser la gestion présente ou future. Ce manque d'autorité et de contrôle de ses propres richesses, se traduit par un trafic sans précédent à l'EST du pays, opéré par des bandes armées avec, malheureusement souvent, la complicité des congolais eux-mêmes au détriment de leur propre pays.

Climat et aires touristiques au Kivu

Publié le 21/12/2011 à 22:11 par rdcmaps Tags : exposition douceur
Climat et aires touristiques au Kivu

Le Kivu (le Nord et le Sud) est caractérisé, malgré sa position à cheval sur l'Equateur, par un climat tempéré sur une grande partie de son espace géographique. La température moyenne annuelle est de l'ordre de 18°C à Goma, ville située à plus de 1500 m d'altitude. Cepandant, les précipitations ont un rythme essentiellement tropical: deux maxima équinoxiaux (Novembre et Avril), et la présence d'une saison sèche de longueur variable selon les endroits (avec parfois une diminution sensible des pluies vers Janvier, Février) et les hauteurs pluviométriques très variables en fonction de l'exposition aux vents humides en provenance de la Cuvette centrale et de la position géographie de la station dans cette région au relief très accidenté. Ce relief, dont l'altitude dépasse, par endroit, 4000 m d'altitude, explique la douceur des températures de la région. La forte variation de ces dernières avec l'altitude ( en moyenne 0.7°C de diminution par 100 m de montée) explique la variété des étages écologiques très spécialisés (faune et flore spécifiques à chaque niveau). Ces aires écologiques rares, sont cependant menacées, malgré la présence de nombreux parcs et réserves, par la présence de nombreuses populations qui fuient les guerres, la recherche de nouvelles terres agricoles et les fluctuations climatiques relativement sensibles dans cette région.

Climat et aires touristiques au Katanga

Publié le 27/10/2011 à 22:57 par rdcmaps Tags : climat tourisme écologie
Climat et aires touristiques au Katanga

La RDC, d'une manière générale, la province du Katanga en particulier, regorge de plusieurs espaces naturels très riches en espèces végétales et animales. Au Katanga, les parcs naturels, notamment ceux  de Kundelungu et de l'Upemba, constituent des  atouts touristiques, mais aussi scientifiques majeurs. Outre ces réserves naturelles, on peut signaler la présence de nombreuses régions écologiques spécifiques à la province, notamment la forêt claire "le Miombo" et la faune et la flore propres au plateau de Marungu. Cependant, une information sur le climat de la région à visiter, notamment le déroulement des saisons tout au long de l'année civile est une donnée importante susceptible d'encourager les touristes à découvrir de nouveaux sites. Pour celà nous présentons un graphique associant les pluies mensuelles (colonnes bleues) et les températures moyennes mensuelles (courbe rouge). La construction de ce graphique (fort bien connu des Biologistes et Agronomes), repose sur le fait que si la courbe des températures dépasse les colonnes, on est en saison sèche. Les visites en période  d'absence ou de faible pluie peuvent donc s'opérer avant la saison pluvieuse (de juillet à septembre), en notant que Octobre est le mois le plus chaud dans le Sud-est, ou vers la fin de celle-ci (d'avril à juin). Cependant, le diagramme montre que, au milieu de la saison pluvieuse, notamment en Janvier, une diminution relativement sensible des pluies peut être observée. Cette diminution des pluies en Janvier est plus marquée vers le nord de la province. La multiplication de ce genre de diagramme simple, site par site, pourrait permettre aux touristes de comprendre les risques naturels auxquels les espaces visités sont exposés.

le Soudan du sud: nouveau pays limitrophe de la RDC

Publié le 07/08/2011 à 13:55 par rdcmaps Tags : soudan afrique
le Soudan du sud: nouveau pays limitrophe de la RDC

Depuis le 9 juillet 2011, à la suite du référendum d'autodétermination organisé du 9 au 15 janvier 2011, le Soudan du Sud a accédé à son indépendace. La RDC fait désormais frontière non pas avec le Soudan, mais le Soudan du Sud. C'est un pays ayant une superficie de plus de 335.000 km2 (plus que celle de deux Kasai). Sa population est estimée à 8 millions d'habitants. Elle est essentiellement rurale et sa densité ne dépasse pas les 15 habitants au km2. Comme partout en Afrique, la population est composée de plusieurs ethnies. A la frontière avec la RDC, on trouve essentiellement les Acholis et les Lotuhu, chretiens et animistes dans leur majorité. Le Soudan du Sud est un Etat fédéral qui comprend 10 Etats. Cependant il existe encore plusieurs litiges fontaliers; notamment entre tous les Etats fédérés faisant frontière avec le Soudan et le Kenya. Avec cette indépendance et les richesses en pétrole de ce nouveau pays, nous espérons voir naître une nouvelle dynamique dans la région, laquelle débouchera sur la paix pour le bonheur de la population; notamment celle des Uelés qui a payé un lourd tribut.

1 2 3 4 | >>> | Dernière page


DERNIERS ARTICLES :
Territoire de Tshilengi, Kasai Oriental
Le territoire de Tshilengi fait partie du district qui porte le même nom dans la province du Kasai Orientale. Il est parmi les plus petits territoires (en superficie) du
RDC:atouts touristiques, infrastrucures insuffisantes
Avec plus de 2300000 Km2 et une position géographique, qui la place à cheval sur l'équateur, la RDC regorge des entités écologiques très riches en espèces flauristiques e
Territoire de Luozi (RDC, province du Bas-Congo)
Le territoire de Luozi est l'une des entitités administratives de la province du Bas-Congo (avec les territoires de Tshela et Kasangulu) quifait frontière avec le Congo-B
Territoire de Katanda, province du Kasai Oriental
Le territoire de Katanda fait partie de cinq territoires, en plus du territoire urbain de la ville de Mbuji-Mayi, qui forment le district de Tshilengi: territoires de Kab
Evolution temporelle des pluies à Lubumbashi
Située à 27,29° de longitude Est et 11,40° de latidude Sud, la ville de Lubumbashi ainsi que sa région environnante (altitude moyenne, 1250 m) est l'une des régions de la