Thèmes

afrique atténuation bikoro cadre carte carte population cheval climat collectivité congo province deforestation

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Aspects économiques (2)
· Cartes anciennes (1)
· Climat et aires touristiques (2)
· Eléments du climat (3)
· Environnement (1)
· Population (1)
· Ressources naturelles (1)
· Subdivisions administratives (12)
· Territoires, Secteurs, Groupements (8)
· Villes, Sites, Paysages (5)

Rechercher
Derniers commentaires

a hugord, il n'y a pas d'exclusivité entre être fier du lieu où on est né et de son pays, ou d'une région quel
Par Donat+Mandiangu, le 08.09.2014

a jules kinsala, nous attendons du concert, pourriez-vous initier une pétition, comme l'a fait nos frère du ka
Par Donat+Mandiangu, le 08.09.2014

je suis fière d'être congolais, même je suis pas du bas-congo mais cette province est magnifique par la nature
Par hugord makalamba, le 08.09.2014

merci pour le sacrifice que le seigneur te benissehttp:// etudiant.cente rblog.net
Par makolo, le 02.09.2014

a jules kinsala, je suis partant d'une action à initier. il serait rassembler les adresse de ceux qui accepten
Par Donat+Mandiangu, le 30.08.2014

Voir plus

Articles les plus lus

· RDC: provinces, districts et territoires
· La province de Bandundu
· Province du Katanga
· La province du Bas-Congo (Kongo central)
· La province du Nord Kivu

· La province du Kasai Oriental
· La province de l'Equateur
· La province du Maniema
· Ressources minières et énergétiques de la RDC
· La province du Kasai Occidental
· Territoire d'Idiofa (district du Kwilu, Bandundu)
· La province du Sud Kivu
· Site de la ville de Kinshasa
· Site naturel de la ville de Goma et de Nyrangongo
· Site naturel de la ville de Lubumbashi

Voir plus 

Blogs et sites préférés

· kiscongoviva


Statistiques

Date de création : 08.11.2010
Dernière mise à jour : 07.03.2014
36 articles


Le territoire de Faradje (province Orientale)

Publié le 14/07/2011 à 11:16 par rdcmaps Tags : faradje environnement
Le territoire de Faradje (province Orientale)

Situé dans le district de Haut Uele, à l'extrême nord-est de la RDC, Faradje est l'un des territoires qui souffrent de l'éloignement des centres de décisions. Situé à plus de 500 Km de Kisangani, Chef-lieu de la province Orientale, plus de 2000 Km le sépare de Kinshasa. Cet isolement forcé, tendrait à rapprocher les populations de ce territoire, à celles  des pays limitrophes, notamment le Sud Soudan, nouveau pays né il y a quelques jours. Il faut espérer que cette nouvelle donne géopolitique, soit bénéfique pour l'ensemble des territoires de ce district qui continuent à souffrir des actions de bandes armées incontrôlées qui tuent, violent et obligent les populations à quitter leurs terres. Ces déplacements forcés des populations fragilisent encore davantage un environnement naturel déjà affecté par les aléas climatiques. Le nord-est de la RDC, est en effet, la seule région de notre pays, à avoir été recensée à l'échelle mondiale, comme territoires affectés par les sécheresses ces dernières décennies. D'autre part, les formations végétales climaciques de la région (mosaïque forêt-savane), sont régulièrement affectées par les feux de brousse et l'exploitation du bois, comme principale source d'énergie.



Le territoire de Bikoro (province de l'Equateur)

Publié le 12/06/2011 à 14:43 par rdcmaps Tags : Bikoro site congo image 2010 afrique
Le territoire de Bikoro (province de l'Equateur)

Le territoire de Bikoro fait partie de 8 territoires qui constituent le district de l'Equateur (territoire urbain de la ville de Mbandaka, Makanza, Lukolela, Ingende, Bomongo, Bolomba, et Basankusu) . Son site, reconnu pour son centre de recherche en sciences naturelles (Mabali), est marqué par la présence d'un imposant lac (lac Ntomba) qui communique avec le fleuve Congo. Cette voie de communication naturelle est, malheureusement utilisée par les exploitants forestiers, (qui ne respectent pas toujours les lois en vigueur en matière d'exploitation forestière) pour une évacuation aisée du bois. Les images satellites des  périodes 2000-2005 et 2005-2010 (FACET "Forêts d'Afrique Centrale Evaluées par Télédétection, 2011) montrent une forte dégradation des couvertures végétales, aussi bien des savanes, des forêts secondaires que primaires. Les parties Ouest, Est du lac, ainsi que le long des axes routiers sont les plus dégradés. Il faudrait par conséquent, craindre des inondations de plus en plus fréquentes, avec tous les désagréments que celles-ci risquent de provoquer sur les activités de la population.

 

Territoire d'Idiofa (district du Kwilu, Bandundu)

Publié le 30/04/2011 à 14:28 par rdcmaps Tags : kikwit bandundu idiofa
Territoire d'Idiofa (district du Kwilu, Bandundu)

Le territoire d'Idiofa  est l'une des contrées les plus peuplées du pays. Le district du Kwilu dont ce territoire fait partie est le plus peuplé de la province de Bandundu: La population  est estimée à plus de 5 millions d'habitants (soit deux fois plus que celle des districts de Mai-Ndombe et de Kwango) avec une densité dépassant 60 habitants au Km2. La ville d'Idiofa, le chef-lieu du territoire compte une population de plus de 100 mille habitants. Territoire essentiellement agricole, Idiofa est confronté aux problèmes de déboisement, de dégradation très accélérée des sols.

Le territoire de Tshiela (Kongo Central)

Publié le 23/04/2011 à 13:37 par rdcmaps Tags : tshiela kongo central environnement mer
Le territoire de Tshiela (Kongo Central)

Le territoire de Tshiela fait partie de 12 territoires qui constituent la province du Kongo Central. Situé dans le district du Bas-Fleuve, il est fortement marqué par une multitude de collectivités (7 au total et plusieurs dizaines de groupements) sur une superficie totale ne dépassant pas 4000 Km2. Sur le plan environnemental, ce territoire marque la limite sud des forêts côtières de l'Atlantique équatorial riches en espèces animale et végétale endémiques. Ces forêts sont menacées par la présence d'une forte concentration humaine (40 à 100 habitants au Km2) dont la demande du bois, comme principale source d'énergie, ne fait qu'augmenter. En outre le commerce du bois, facilité par la proximité des voies d'évacuation, comme la mer; dégrade encore davantage cet écosystème.

Les feux de brousse

Les feux de brousse

La carte représntée ci-dessus a été réalisée à partir des données de CARPE (Central African Regional Program for the Environment) date explorer  sur la période de 7 jours (du 22 au Iier mars 2009). L'indice représenté tient compte de l'intensité de l'éclairement et de sa durée. Les valeurs les plus élevées de cet indice se situent dans la partie ouest-nord de notre pays; Février étant généralement le mois où les activités agricoles consistant à préparer le sol pour uns seconde semaille, sont plus intenses dans cette partie de la RDC. Cependant les écarts avec les valeurs les plus faibles enregistrées dans le Sud-est (région plongée, durant ce mois  en pleine saison pluvieuse) restent relativement moins élevés; probablement suite à l'exploitation du charbon de bois, active pratiquement toute l'année dans le Sud-est. La culture sur brulis, le système cultural consistant à mettre du feux avant d'entreprendre la préparation du sol, serait la cause principale de la mise à feux. Il faut noter aussi les feux mis par les chasseurs (en période autorisée ou non) pour traquer le gibier. En l'absence d'un obstacle naturel, comme un cours d'eau relativement large, ces feux envahissent des superficies relativement importantes et causent des dégâts importants, aussi bien matériels qu'aux écosystèmes. Parmi les dégâts causés à ces derniers, on peut noter la dégradation des sols (exposition aux érosions, perte de fertilité, ...), perte des nombreuses niches écologiques, fortes émissions du monoxyde de carbone dans l'atmosphère, contribuant ainsi au réchauffement global. Sans prôner une révolution afin de changer radicalement nos pratiques cultureles et nos sources d'énergie, la pratique des feux hâtifs (en début de saison sèche) est généralement conseillée par les spécialistes au lieu des feux tardifs qui brûlent tout et ne perttent pas à la végétation de reprendre assez rapidement. D'autre part, rechercher quelques pistes d'innovation (un brazzéro moins consommateur de charbon avec une meilleure performance énergétique par exemple) pourrait atténuer, tant soi peu, la pression sur notre environnement. L'expérience menée à l' ISPT (Institut Supérieur Pédagogique et Technique) de Likasi dans le cadre d'un cours de Méthodologie de la recherche scientifique, a montré que notre jeunesse, même avec un minimum d'infrastructure peut se mobiliser pour ce genre d'initiative.

Villes de plus de 20 mille habitants

Publié le 21/12/2010 à 23:10 par rdcmaps Tags : carte population rdc carte ville
Villes de plus de 20 mille habitants

La RDC compte plusieurs ensembles territoriaux reconnus comme villes et ce, essentiellement en référence aux effectifs de leur population. Les données présentées datent de 2003 (Ministère de la Santé de la RDC citée par "City Population; 2009"). Les statistiques doivent avoir évoluées depuis lors: c'est ainsi que la ville de Kinshasa voit sa population estimée entre 8 et 10 millions d'habitants, celle de Mbuji-Mayi atteindrait 3 millions d'habitants. Ce qui est vrai est que les données statistiques fiables et récentes font cruellement défaut, par manque de recensement. D'autre part les mouvements des populations sont de plus en plus observés, suite aux conflits armés, à la recherche du bien-être dans les nouveaux centres miniers, tout en désertant ceux qui ferment pour aller rechercher le salut dans les petites villes ou carrément à la campagne. Néamoins la carte met en évidence, comme on l'admet généralement, les foyers de forte concentration humaine en RDC: ville de Kinshasa, l'axe Kananga-Mbuji-Mayi, les villes minières du Katanga (Lubumbashi, Likasi, Kolwezi) et le Kivu montagneux (Bukavu, Goma, Butembo (Lubero)). La forte croissance de la population de ces villes s'accompagne, malheureusement, de nombreux problèmes environnementaux, source de plusieurs désagréments dont les citadins sont eux-mêmes les premières victimes.

La province du Sud Kivu

Publié le 14/12/2010 à 13:35 par rdcmaps Tags : Sud Kivu territoire population superficie contr
La province du Sud Kivu

Le Sud Kivu couvre une superficie de plus de 64 mille Km2. Avec une population totale estimée à plus de 5 millions d'habitants, il est l'une des provinces les plus densément peuplées (78 habitants par Km2). Cette relative forte concentration humaine, en plus des conditions naturelles contraignantes pour les activités quotidiennes de la population (relief très accidenté) est source de nombreuses situations conflictuelles: forte pression sur les terres agricoles et les ressources en eau, demande sans cesse croissante des ressources énergétiques, notamment le bois (utilisé aussi dans l'habitat). Les modifications de la couverture du sol qui découlent de ces usages, sont de nature à déséquilibrer les composantes du bilan d'eau (en favorisant notamment le phénomène d'évaporation), fragilisant ainsi les riches écosystèmes de montagnes. Le Sud Kivu compte 8 territoires (dont l'île d'Idwji au milieu du lac Kivu) ainsi que le territoire urbain de la ville de Bukavu

La province du Nord Kivu

Publié le 10/12/2010 à 10:27 par rdcmaps Tags : rdc nature ville Nord Kivu population environnement réchauffement climat
La province du Nord Kivu

Le Nord Kivu est la province la plus densément peuplée de la RDC. Avec une population estimée à plus de 7.5 millions et une superficie d'environ 60 mille Km2, le Nord Kivu compte 124 habitants / Km2. Cette forte concentration humaine, en plus des déplacements forcés des populations, suite à l'insécurité, sans oublier le surpeuplement des pays voisins, constitue une contrainte majeure sur l'environnement: l'exploitation du bois comme principale source d'énergie et matériau de base pour l'habitat, détruit les niches écologiques spécifiques à la région. La transformation des forêts situées sur les pentes des volcans en terres agricoles, expose ces terres à forte pente, aux érosions tout en dégradant les écosystèmes de montagne. En outre le braconnage pratiqué par les bandes armées qui trouvent refuge dans les espaces protégés (les Virunga et le parc de la Maiko) déséquilibre ces milieux naturels. Il s'avère donc que toutes ces activités anthropiques, en plus des phénomènes naturels, comme les éruptions volcaniques, sont de nature à rendre le "bilan carbone positif" et contribuer ainsi, malheureusement au réchauffement global. Comme le Maniema et le Sud Kivu, le Nord Kivu n'est pas découpé en districts, il compte cinq territoires et le territoire urbain de la ville de Goma. Les villes de Beni et Butembo sont deux centres urbains situés dans le nord de la province et qui connaissent un développement important.

La province du Maniema

Publié le 07/12/2010 à 13:13 par rdcmaps Tags : ville Maniema territoire Kindu
La province du Maniema

Le Maniema est l'une des trois provinces, avec les deux Kivu, à n'avoir pas été divisé en districts (du moins dans le découpage actuel). A l'époque de Léopold II, notamment en 1888, l'actuel Maniema appartenait, pour l'essentiel, au district de Stanleyfalls. Au début de la période coloniale, le district du Maniema était institué avec comme territoires: Kabambare, Kasongo et Kibombo. Sa configuration actuelle date du milieu des années trente. Avec plus de 128 mille Km2 de superficie, le Maniema est plus étendu que les deux Kivu. Cependant la province est moins peuplée (15 habitans / Km2, avec environ 2 millions d'habitants). Cette faible densité humaine, expliquerait une dégradation de l'environnement relativement faible. En outre les difficultés chroniques des moyens de transport n'encouragent pas l'exploitation des ressources en bois à grande échelle. Toutefois à l'échelle locale, les images satellites montrent un déboisement important en périphérie de la ville de Kindu, occasionnant ainsi plusieurs contraintes dans la ville (inondations).

La province Orientale

Publié le 06/12/2010 à 10:05 par rdcmaps Tags : province districts territoire écosystème secheresse dégradation rdc
La province Orientale

La province Orientale est la plus étendue de toutes les provinces de la RDC. Avec plus de 503 mille Km2, sa population est estimée à plus de 7 millions d'habitant, soit une densité de 14 habitans/Km2 (une de plus faibles du pays). C'est l'une des provinces qui abritent les écosystèmes les plus riches du pays. Elle héberge les réserves naturelles de Bomu et de l'Ituri. Cette dernière est l'unique territoire où l'on trouve l'Okapi. On peut signaler aussi le parc national de la Garamba et la partie nord du parc national des Virunga. Ces espaces, pourtant protégés, subissent régulièrement des dégradations diverses. Etant situées à proximité des frontières avec les pays voisins (Soudan, Uganda, Centrafrique), ces réserves servent de refuge, non seulement aux populations qui fuient les conflits armés incessants, mais aussi aux nombeuses bandes armées qui opèrent dans la région. D'autre part, l'exploitation anarchique des ressources minières, amène les creuseurs clandestins à s'installer dans ces lieux. Sur le plan climatique, la plupart des modèles tendent à montrer que le nord-est du pays, notamment le Haut-Uele, dans les territoires de Faradje et Dungu, serait davantage affecté par les sécheresses. Les observations au sol font apparaître les mois de janvier de plus en plus secs. La vallée de la rivière Rwindi entre les lacs Albert et Edouard à la frontière de l'Ituri, est déjà connue pour ses sécheresses récurrentes.

Première page | <<< | 1 2 3 4 | >>> | Dernière page


DERNIERS ARTICLES :
Territoire de Tshilengi, Kasai Oriental
Le territoire de Tshilengi fait partie du district qui porte le même nom dans la province du Kasai Orientale. Il est parmi les plus petits territoires (en superficie) du
RDC:atouts touristiques, infrastrucures insuffisantes
Avec plus de 2300000 Km2 et une position géographique, qui la place à cheval sur l'équateur, la RDC regorge des entités écologiques très riches en espèces flauristiques e
Territoire de Luozi (RDC, province du Bas-Congo)
Le territoire de Luozi est l'une des entitités administratives de la province du Bas-Congo (avec les territoires de Tshela et Kasangulu) quifait frontière avec le Congo-B
Territoire de Katanda, province du Kasai Oriental
Le territoire de Katanda fait partie de cinq territoires, en plus du territoire urbain de la ville de Mbuji-Mayi, qui forment le district de Tshilengi: territoires de Kab
Evolution temporelle des pluies à Lubumbashi
Située à 27,29° de longitude Est et 11,40° de latidude Sud, la ville de Lubumbashi ainsi que sa région environnante (altitude moyenne, 1250 m) est l'une des régions de la